Optimisation des indicateurs

Indice diatomique de Nouvelle-Calédonie (IDNC)

Les diatomées benthiques ont des sensibilités différentes des macro-invertébrés face aux altérations anthropiques qui s’exercent sur les milieux aquatiques : moins sensibles à l’hydromorphologie, ils témoignent alors plus spécifiquement de la qualité physicochimique des cours d’eau. 

photo : M. Coste

L’IDNC est opérationnel sur l’ensemble du territoire calédonien (hors îles Loyauté). Il est aujourd’hui proposé comme un outil complémentaire de suivi aux gestionnaires et aux bureaux d’études. Un guide de mise en œuvre a été publié pour apporter un cadre de travail permettant de limiter les disparités inter-opérateurs aux étapes principales de sa mise en œuvre : le prélèvement, le traitement des échantillons et l’analyse des inventaires. Il détaille l’échantillonnage des diatomées jusqu’au calcul de la note indicielle, tout en précisant le traitement des échantillons, la confection des lames permanentes, la réalisation des inventaires diatomiques et la bancarisation des données. 

Les documents :

Les partenaires du projet : CNRT, gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, OEIL, Asconit, Bio eKo, Eco In’Eau, Irstea, J. Marquié, province Sud

Indicateurs sur la biodiversité

Dans le cadre de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB), 27 indicateurs sont définis pour permettre à la fois le suivi du patrimoine naturel et l’efficacité des mesures de conservation dans les collectivités d’Outre-Mer. C’est le Service d’Etat de l’Agriculture de la Forêt et de l’Environnement (DAFE) qui coordonne la Stratégie Nationale pour la Biodiversité à l’échelle de la Nouvelle-Calédonie.

C’est dans ce cadre qu’une convention a été établie entre la DAFE et l’Observatoire de l’Environnement (OEIL) pour la prise en charge de 13 des 27 indicateurs biodiversité. L’OEIL a donc développé et renseigné ces 13 indicateurs de suivi de la biodiversité. Ces outils, élaborés pour évaluer l’état du patrimoine naturel, les pressions existantes et les réponses que tentent d’y apporter les acteurs de l’environnement néo-calédonien, constituent une véritable aide à la décision à l’usage des chercheurs, des gestionnaires, des professionnels de l’environnement et plus largement à l’usage du grand public.

Voir le rapport 2010
Voir le rapport 2011
En savoir plus sur les indicateurs

Indicateurs sur les eaux douces

Les macro-invertébrés benthiques des rivières de Nouvelle-Calédonie sont étudiés depuis près de deux décennies. Ces organismes, principalement des larves d’insectes, sont réputés à travers le monde pour être de bons indicateurs de la qualité des cours d’eau.

Leur étude sur le territoire repose sur l’utilisation de deux guides locaux :

  • le guide méthodologique et technique de mise en œuvre des indices biotiques (IBS et IBNC) mis à jour en 2015 dans le cadre d’une étude multi-partenariale financée par la DAVAR, l’OEIL et le CNRT nickel et son environnement.
  • le guide d’identification des macro-invertébrés des cours d’eau de Nouvelle-Calédonie. Destiné aux opérateurs des suivis dulçaquicoles, ce guide vise à aider l’identification des macro-invertébrés du territoire.

Les documents :

Les partenaires du projet : CNRT, gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, OEIL

Indicateur sur la pression de pêche

Une première réflexion a été menée sur la construction de l’indicateur pression pêche. L’étude, finalisée en janvier 2012, a pour objectif, tel que défini par la SNB,

d’évaluer le nombre et/ou la proportion d’espèces pour lesquelles l’exploitation peut induire un risque d’effondrement des stocks, voire de disparition.

Voir le rapport
Voir la présentation de restitution

Album

Résultats des suivis

 

Boite à outils

_

En savoir +

Ressources

Inscription

Recevez notre newsletter !