Une deuxième étape vers la standardisation des suivis des poissons et crustacés d’eau douce

L’OEIL, la DAVAR et l’AFB, avec le soutien de la DAFE, lancent la deuxième étape d’une étude visant à standardiser les méthodes de suivi des eaux douces par pêche électrique. Elle s’inscrit dans la continuité d’une mission d’expertise menée par des experts de l’AFB en mai 2018 qui avait permis de réunir dans un guide méthodologique et technique des recommandations sur les protocoles à mettre en œuvre pour mieux tenir compte des spécificités des cours d’eau calédoniens. Pour éprouver ces protocoles, la DAVAR a missionné deux bureaux d’études qui réaliseront, jusqu’au 20 novembre, le suivi de trois rivières du Grand Sud. Cette campagne de pêche initie donc une deuxième mission d’expertise de l’AFB, qui aura lieu courant 2020 afin de mettre à jour le guide méthodologique en tenant compte du retour d’expérience des acteurs locaux.

Harmoniser les méthodes pour mieux suivre nos rivières

À l’échelle mondiale, les poissons et crustacés sont considérés comme de bons bioindicateurs de la qualité des cours d’eau. La pêche électrique, couramment employée pour le suivi de ces organismes, l’est également en Nouvelle-Calédonie. L’OEIL a cependant constaté des disparités dans les protocoles mis en œuvre, limitant la capacité à exploiter les résultats des suivis et donc à détecter d’éventuelles perturbations du milieu.

Dans ce contexte, l’OEIL, la DAVAR et l’AFB, avec le soutien financier de la DAFE, viennent d’initier la deuxième partie d’une étude visant à standardiser les protocoles de pêche électrique. 

En 2018, un premier volet avait permis la rédaction, par des experts métropolitains de l’AFB dépêchés par son antenne locale, d’un guide méthodologique et technique, une sorte de mode d’emploi des bonnes pratiques. Cet ouvrage doit aujourd’hui permettre d’une part de limiter les biais induits par l’hétérogénéité des protocoles, d’autre part de mieux tenir compte des spécificités des cours d’eau du territoire.

De la théorie à la pratique : un retour d’expérience indispensable pour calibrer la méthode

Dans l’optique d’éprouver et calibrer ces nouvelles méthodes, la DAVAR a missionné les bureaux d’études Erbio et Bioeko pour mettre en œuvre les protocoles de suivi des poissons et crustacés des rivières selon les recommandations du guide méthodologique. 

L’enjeu est double : obtenir un retour d’expérience sur la faisabilité technique de la mise en œuvre des nouveaux protocoles de pêche et vérifier la reproductibilité des résultats quel que soit l’opérateur.

Cette campagne a été commanditée dans l’optique d’une seconde mission d’expertise de l’AFB prévue en 2020. Les résultats seront pris en compte dans la mise à jour du guide méthodologique.

Les rivières du Grand Sud à l’essai

Trois rivières du Grand Sud ont été sélectionnées : le creek de la Baie Nord, la Kwë et la Truu.

Elles présentent plusieurs avantages :

  • Situées dans la zone d’influence du complexe industriel de Vale Nouvelle-Calédonie, elles sont suivies régulièrement et disposent donc d’un historique de données exploitable ;
  • Elles sont adaptées aux deux méthodes à tester : la pêche complète qui consiste à étudier l’intégralité de la station (cours d’eau de largeur inférieure à 10 mètres) et la pêche dite par trait qui permet de réaliser les mesures uniquement à certains endroits de la station lorsque la pêche complète n’est pas possible (cours d’eau de largeur supérieure à 10 mètres).

La campagne de pêche d’Erbio a été réalisée les 7 et 8 novembre. Celle de Bioeko a lieu deux semaines plus tard les 18 et 20 novembre. 

Au programme : description et mesures physico-chimiques des stations, identification des espèces, mesures de la longueur et du poids des individus et remise à l’eau.

Réalisées par les deux prestataires selon les mêmes protocoles et sur les mêmes stations, ces deux campagnes permettront de vérifier l’homogénéité des résultats. 

Un projet fédérateur 

Dans le cadre de sa mission d’optimisation des méthodes de suivi environnemental, l’OEIL en partenariat avec la DAVAR, le Centre National de Recherche Technologique (CNRT), le Consortium de Coopération pour la Recherche, l'Enseignement Supérieur et l'Innovation en Nouvelle-Calédonie (CRESICA) et les institutions provinciales forment un « comité de pilotage eau douce » (Copil eau douce), qui a déjà à son actif de nombreuses productions et améliorations d’indicateurs permettant d’évaluer la qualité biologique des cours d’eau. C’est dans ce cadre qu’un partenariat multi acteurs s’est mis place sur la standardisation des protocoles de pêche électrique. 

Pilote :

Principaux partenaires techniques et financiers :

Membres du Copil eau douce :

Prestataires :

OEIL

DAVAR

AFB

DAFE

CNRT

CRESICA

DAFE

Gouvernement NC (DAVAR, DIMENC) OEIL

Province Nord (DAF, DDEE)

Province Sud (DDR, DENV)

Bioeko

Erbio

Les ressources

Album

Résultats des suivis

 

Boite à outils

_

En savoir +

Ressources

Inscription

Recevez notre newsletter !